Randol Rodriguez

Randol Rodriguez Rubio est un pianiste et chanteur franco-cubain, né à Cuba en 1977.

Il a reçu une formation approfondie comme pianiste et comme choriste dans une maîtrise d’enfant du conservatoire de musique de sa ville natale.

Il a poursuivit sa formation à l’institut des Arts de La Havane avant d’arriver à Paris en 2003 pour finir ses études de piano à l’école Normale de Musique Alfred Cortot de Paris.

D’abord professeur de piano et solfège au Conservatoire ainsi que pianiste accompagnateur des petits chanteurs de Saint-Louis à Paris, Randol Rodriguez a depuis 2007, intégré les plus grands ensembles de musique classique de France et de Belgique (Collegium Vocale Gent sous la direction de Philippe Herreweghe, l’Ensemble Pygmalion – Raphael Pichon, Le Concert Spirituel – Hervé Niquet, Les Concerts d’astres, Emmanuelle Haïm, et l’Ensemble Correspondances – Sébastien Dauce) et se produit dans les salles les plus prestigieuses d’Europe, des Etats-Unis et d’Asie.

Jonathan Spicher

Enfant, Jonathan Spicher commence le chant comme soprano et connaît ainsi ses premiers contacts avec la scène musicale. Il obtient un Master in Art of Performance à la Musikhochschule de Zürich dans la classe de Scott Weir.  Il se tourne rapidement vers la musique baroque. Il est notamment reconnu comme Évangéliste dans les Passions de Bach. Il chante les grandes œuvres du répertoire classique allant de Mozart, Haydn, Mendelssohn en passant par Rossini. Jonathan se spécialise dans la voix de Haute-Contre à la Française et intègre des ensembles tels que Les Arts Florissants (dir. William Christie), Les Talens Lyriques (dir. Christophe Rousset) ou Correspondances (dir. Sébastien Daucé). Il chante sous la direction d’autres chefs prestigieux comme Leonardo Garcia Alarcon, Damien Guillon, Emmanuelle Haïm ou Michel Corboz.

Quant à l’opéra, il est sur scène dans le rôle du Prince qui passe par là dans le voyage dans la lune (Offenbach) à l’Opéra de Fribourg ou encore Oronte dans Alcina (Haendel) avec Ouverture Opéra. Puis l’opéra de chambre de Genève avec Mengone dans Lo Speziale (Haydn), à l’Opéra de Lausanne dans Lakmé(Delibes) dans le rôle d’Hadji.

Ces dernières années, il incarne des rôles Rossiniens tels que Arnold (Guillaume Tell) et le compte Almaviva (Barbier de Séville) avec l’Opéra du Rhône ou Don Ramiro (La Cenerentola) avec L’Opéra des champs.

Benoît Arnould

Diplômé des conservatoires de Metz et Nancy et nommé “Révélation lyrique classique” de l’Adami en 2007, Benoît Arnould débute rapidement en soliste avec les plus grands chefs. Il affectionne tout autant l’oratorio que l’opéra: avec M. Minkowski, il chante Guglielmo dans Così Fan Tutte et les Passions de Bach ; avec Raphaël Pichon il grave Dardanus de Rameau (Anténor) ; sous la direction de Ton Koopman, il joue King Arthur de Purcell, c’est avec Christophe Rousset, qu’on le retrouve dans les Indes Galantes (mise en scène Laura Scozzi) ; avec Vaclav Luks dans Les Boréades ou encore Christina Pluhar en tournée pour Orfeo de Monteverdi. Benoît Arnould collabore régulièrement avec Damien Guillon pour des programmes de musique italienne (« Affetti Amorosi » ) ou La Passion selon St Jean. Interprète particulièrement apprécié pour le répertoire sacré, il chante sous la direction de Winfried Toll, Peter Neuman ou encore Philippe Herreweghe.

Julian Prégardien

Né à Francfort en 1984, Julian Prégardien fait ses premiers pas dans le monde de la musique au sein de la chorale de la cathédrale de Limburg. De 2009 à 2013, après ses études à Friburg et dans le cadre de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, il devient membre de l’Ensemble de l’Opéra de Francfort. Parallèlement, il développe sa carrière internationale. En tant que chanteur d’opéra, Julian Prégardien se produit au Festival d’Aix-en-Provence, à l’Opéra d’État de Hambourg, à la Bayerische Staatsoper ainsi qu’à l’Opéra-Comique de Paris. En 2018, il fait ses débuts en Narraboth (Salomé, Strauss) avec l’Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Franz Welser-Möst. En 2019, ses débuts dans le rôle de Tamino (La Flûte enchantée, Mozart) à la Staatsoper de Berlin sous la direction d’Alondra de la Parra sont un succès.

Récemment Julian Prégardien s’est produit avec l’Orchestre philharmonique de Munich, l’Orchestre national philharmonique de Hambourg, l’Orchestre de la Radio de Munich, l’Orchestre symphonique de Montréal et le Chœur de la Radio bavaroise. Il était « l’artiste étoile » du Mozartfest de Würtzburg, où il se produit notamment avec le Freiburger Barockorchester et le Bamberger Symphoniker. En mars 2020, il a fait ses débuts avec le Cleveland Orchestra dans le « Lobgesang » de Mendelssohn sous la direction de Franz Welser-Möst. Puis on a pu l’entendre avec l’ensemble Balthasar-Neumann sous la direction de Thomas Hengelbrock, avec la Philharmonie de Dresde sous la direction de Cornelius Meister, avec l’Orchestre philharmonique de Hambourg sous la direction de Kent Nagano, avec l’Ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon, et avec le Concentus Musicus sous la direction de Stephan Gottfried. Il se produit au Mozartfest à Würzburg, au Richard-Strauss Festival à Garmisch, ainsi qu’aux festivals de Schleswig-Holstein et Bregenz.

Les points forts de la saison 2021/2022 seront des concerts avec l’Oslo Philharmonic Orchestera sous la direction de Klaus Mäkelä, avec l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise sous la direction de Sir John Eliot Gardiner, avec le Chœur Accentus et l’Insula Orchestra sous la direction de Laurence Equilbey, ainsi qu’avec l’Orchestre de la Tonhalle et Alondra de la Parra. Il fera également ses débuts au Carnegie Hall avec la Passion selon Saint Matthieu de Bach et le St. Luke’s Chamber Orchestra. Avec Alondra de la Parra, il présente les Cinq Mélodies populaires grecques de Ravel et les Lieder eines fahrenden Gesellen de Mahler à Helsingborg, Grävle et à Milan ; dans le projet de Raphael Pichon “La vie du Christ”, qui sera présenté avec son ensemble Pygmalion à Paris, Bordeaux, Versailles et Essen, Julian Prégardien tient le rôle central de l’évangéliste.

Les récitals et les projets de musique de chambre constituent une partie importante des activités artistiques de Julian Prégardien. Outre de nombreux récitals, Julian Prégardien se produira dans “Schwanengesang” de Schubert avec Martin Helmchen et dans “Die Schöne Müllerin” de Schubert avec Kristian Bezuidenhout.

Julian Prégardien enregistre en exclusivité pour le label Alpha Classics. Il est professeur de chant au conservatoire de musique et de théâtre de Munich, membre du réseau Schumann et directeur artistique de la Brentano-Akademie d’Aschaffenbourg.

Basil Belmudes

A la fois musicien instrumentiste et chanteur, également organiste de formation, Basil Belmudes se consacre aujourd’hui au chant lyrique en tant que ténor en se perfectionnant à la Haute École de Musique de Lausanne dans la classe de Stephan Macleod après s’être formé auprès de Robert expert, Anthony Lopapa et Guillemette Laurens.

Pendant sa formation à Paris il intègre différentes productions scéniques comme Il Mundo Della Luna de Haydn en partenariat du CNSMDP et La Philharmonie de Paris, Les P’tites Michu de Messager, Les Noces de Figaro de Mozart…

L’art lyrique le mène vers la pratique d’ensemble à un par voix, notamment en rejoignant l’ensemble Les voix des Cairns en juillet 2020, et en participant ponctuellement comme haute-contre au Cortège d’Orphée.

De formation pourtant classique, Basil élargit son univers musical à d’autres styles comme le jazz, le rock, le reggae, la funk, la country tout en se tournant vers la trompette de cavalerie et d’harmonie, la batterie, la basse et la contrebasse, en étendant sa palette professionnelle  à celle de bassiste, claviériste et chanteur dans des groupes de musiques actuelles.

Peter Di-Toro

Peter Di-Toro began singing when he was a pupil at the London Oratory School where he was a Chorister and then a Choral Scholar with the Schola Cantorum, one of the United Kingdom’s leading liturgical choirs. When studying at the University of East Anglia, Peter was a member of the Choir of King’s College London, a Choral Scholar at Norwich Cathedral and studied singing with David Lowe at Gonville and Caius College, Cambridge.

Peter performs regularly for groups and church choirs including: Collegium Vocale Gent, Dunedin Consort, Polyphony, The Choir of the English Concert, Voices of Instruments of Time and Truth, Ex Cathedra, Chamber Choir Ireland, London Choral Sinfonia, Cambridge Singers, Westminster Cathedral, The Guards Chapel, The Queen’s Chapel, Savoy, Grosvenor Chapel, Lincoln’s Inn and HM Chapel Royal at St James’s Palace.  He has worked with conductors such as Philippe Herreweghe, Harry Bicket, Stephen Layton and Kaspars Putniņs.

As soloist, Peter has worked with the Liverpool Cathedral, Instruments of Time and Truth, Royal Choral Society, University of Essex Choral Society, Norwich School Choral Society and CORO in works including Monteverdi’s Vespers of 1610, Handel’s Messiah, Mozart’s Requiem, Purcell’s King Arthur, Bach’s Magnificat and Haydn’s Creation.

Pierre Arpin

PIERRE ARPIN est un chanteur lyrique. Habitué à la scène depuis son enfance, il a souvent chanté comme choriste et soliste au Grand Théâtre de Genève. Après avoir étudié le chant en Bachelor à la Haute École de Musique de Genève et à la Hochschule für Musik Freiburg (Allemagne), il poursuit actuellement ses études professionnelles à la Eastman School of Music, Rochester NY (USA). Parallèlement, il collabore souvent l’Ensemble Vocal de Lausanne, l’Ensemble Vocal de Poche et Les Argonautes.

Sur scène, il endosse le rôle de Gernando dans L’Isola disabitata de J. Haydn à l’Académie d’été de La Petite Bande sous la direction de Sigiswald Kuijken (Collevecchio, 2016). Plus tard, il sera « Ernst Ludwig » dans Cabaret de J. Kander au Théâtre du Galpon (Genève, 2019). Puis, avec l’Opernschule de la Hochschule für Musik Freiburg, il interprètera le « Lover » dans Amelia goes to the ball de G. Menotti (2020), « Lotteringhi » dans Boccaccio de F. von Suppé (2022), puis « Barigoule » dans Cendrillon de P. Viardot (2022). Au sein des Argonautes, il interprète le « Sailor » dans leur album Dido & Æneas de H. Purcell (sortie en automne 2022).

Récemment en Suisse, on l’a entendu comme soliste dans la Missa di Gloria de G. Puccini au Victoria Hall de Genève avec le Chœur de l’Université de Genève (novembre 2021), et dans la Petite Messe Solennelle de G. Rossini à Lausanne avec le Chœur des Gymnases Vaudois (mai 2022).

Albert Riera

Born in Barcelona in 1973, he hold a degree in Laws and Philosophy. He studied singing with Do- lors Aldea. He sings with international early music ensembles like La Capella Reial de Catalunya, Collegium Vocale Gent, Graindelavoix, Tasto Solo, Cappella Amsterdam, Choir de Chambre de Namur, Qvinta Essençia, Canto Coronato, La Hispanoflamenca, Capella de Ministrers, Las Vozes de Al Ayre Español.

Andrew Tortise

Andrew Tortise was a choral scholar at Wells Cathedral and graduated from Trinity College, Cambridge.

Concert plans this season and beyond include tenor soloist for Handel Messiah with the Ulster Orchestra and Ruben Jais, the Huddersfield Choral Society and Jane Glover, and the Philharmonia Baroque Orchestra and Richard Egarr; Handel Dixit Dominus with the Bournemouth Symphony Orchestra and Laurence Cummings; Beethoven Missa Solemnis with Ex Cathedra and the CBSO under Jeffrey Skidmore; and Mozart C Minor Mass with Orchestre National de Lille and Jan Willem de Vriend. Forthcoming Bach performances include St Matthew Passion (tenor arias) with the Antwerp Symphony, Rotterdam Philharmonic and Gürzenich Orchestra Cologne; St John Passion (Evangelist) with the Academy of Ancient Music at King’s College, Cambridge; and Christmas Oratorio with the Dunedin Consort. He will make a return to the Royal Opera, Covent Garden in the new production by David McVicar of Death in Venice, conducted by Sir Mark Elder.

Olivier Coiffet

A graduate from the Fourvière Children’s Choir of Lyon and then the Paris Conservatoire, Olivier Coiffet is revered for the quality of his performances in German and Italian Baroque repertoire, and for the attention he gives to declamation and drama.

Following a diploma from Sciences-Po Paris and a degree in Cultural Management, he turned to music in 2004 and soon appeared as a soloist with many European ensembles and conductors, including Pygmalion (Raphaël Pichon), Collegium Vocale (Philippe Herreweghe), Le Poème Harmonique (Vincent Dumestre), the Huelgas Ensemble (Paul Van Nevel), Académie Bach (Michael Radulescu), La Fenice (Jean Tubéry), Ars Nova (Jean- Michaël Lavoie), Vox Luminis (Lionel Meunier), Weser Renaissance (Manfred Cordes), Correspondances (Sébastien Daucé), I Gemelli (Emiliano Gonzalez Toro), Gli Angeli (Stephan MacLeod)…

His interpretation of the Evangelist in J.S.Bach’s Passions and Christmas Oratorio has earned him many invitations throughout Europe: he has appeared in Belgium, Luxembourg, Great Britain, Germany, Italy, and also in Switzerland for Radio Espace2, under the direction of the Austrian conductor Michael Radulescu. He also devotes himself to Lieder, from Mozart to Berg, via Schumann, Brahms…

On stage and on record he performs in contemporary works, such as Bruno Mantovani’s L’Enterrement de Mozart, in which he took the lead role (Festival de Besançon and Grand Théâtre d’Aix-en-Provence), and Fernando Fiszbein’s L’homme qui aimait… (Teatro Colón, Buenos Aires). He is equally in demand in Baroque opera: with Le Poème Harmonique and Vincent Dumestre he has performed the title role in Caligula delirante by Pagliardi (in numerous festivals in France and broadcast by France Musique). Past and future seasons see him take on several roles under the direction of Raphaël Pichon, in operas by Rossi, Cavalli and Rameau. His voice also allows him to engage in Romantic opera, as in Offenbach’s The Tales of Hoffman, where he sings the role of Nathanaël on stage in Rouen and Versailles.

Recently he sang as a soloist in Monteverdi’s 1610 Vespers in Germany and Great Britain with Vox Luminis and the Freiburg Baroque Orchestra, and Jean-Louis Florentz’s Magnificat at the Festival Messiaen, with the Orchestre de Cannes (broadcast by France Musique).

In 2020 he will perform with Ensemble Pygmalion and Raphaël Pichon at the Armory Hall in New York in Monteverdi’s 1610 Vespers, in Krakow in a programme of Praetorius, and at the Opéra Comique de Paris and Opéra Royal de Versailles in Rameau’s Hippolyte et Aricie. In 2021, with Ensemble Arabesque de Montreux, he will sing the Evangelist in the St. Matthew Passion in concerts throughout Switzerland.

Benjamin Glaubitz

Benjamin GLAUBITZ ténor  Benjamin Glaubitz a débuté son éducation musicale au sein du Dresdner Kreuzchor. Il a étudié le chant à la Hochschule für Musik de Dresden avec Margret Trappe Wiel et Olaf Bär. Il chante comme choriste et soliste dans le monde entier, notamment avec le Collegium Vocale de Philippe Herreweghe, mais aussi avec des chefs tels que Albrecht, Beringer, De Marchi, Katschner, Luks, Rademann ou Rilling, et avec des orchestres tels que les Hamburger Philharmoniker, le Tonhalle-Orchester, la Staatskapelle Dresden, La Folia Barockorchester, Hofkapelle München, Collegium1704 Prag ou le Tölzer Knabenchor.

Stephan Gähler

Stephan Gähler, ténor Stephan Gähler a été membre des Dresdner Kapellknaben de 1985 à 1995. Il entreprend ensuite des études de sciences du transport et de géographie tout en continuant à chanter. Dès 2003, il étudie le chant avec Margret Trappe-Wiel à Dresde. Il concentre aujourd’hui ses activités vocales autour des répertoires du 16ème au 18ème siècles en tant que soliste dans des ensembles tels que Cappella Sagittariana Dresden, Capella de la Torre, Cappella Augustana Bologna, Musica Fiata Köln et Amarcord Leipzig. En tant que membre permanent de l’Athesinus Consort Berlin, il chante des œuvres de différents époques et styles, en solo ou dans une formation allant jusqu’au double quatuor. Il travaille avec des ensembles de renommée internationale tels que le Collegium Vocale de Gand, le RIAS-Kammerchor, le Balthasar-Neumann-Chor ou le Vocalconsort Berlin et collabore avec des chefs comme  Herreweghe, Creed, Reuss, Rademann, Hengelbrock et Dijkstra.

Werner Güra

Né à Munich, Werner Güra a étudié au Mozarteum de Salzbourg et a travaillé avec Kurt Widmer, Nicolai Gedda, Margreet Honig et Vessela Zlateva.

Après avoir chanté les principaux rôles mozartiens et rossiniens, dès les années 90, Werner Güra se dédie aujourd’hui essentiellement à l’interprétation de la musique vocale symphonique, du lied et de l’oratorio. Il s’est produit dans les principales salles européennes et américaines parmi lesquelles les Konzerthaus et Musikverein de Vienne, le Concertgebouw d’Amsterdam, les Philharmonies de Berlin et Paris, Severance Hall Cleveland, Cincinnati Music Hall, Heinz Hall Pittsburgh, etc. aux côtes des plus grands orchestres tels que les orchestres symphoniques de Vienne, Pittsburgh, Cincinnati et de la BBC, les orchestres philharmoniques de Londres et Berlin, le Cleveland Orchestra, les orchestres symphoniques des radios allemande, néerlandaise, espagnole, danoise etc. dirigés par notamment Riccardo Chailly, Philippe Herreweghe, Manfred Honeck, Philippe Jordan, Ton Koopman, Franz Welser-Möst, etc. Il s’est fréquemment produit sous la direction de Nikolaus Harnoncourt à Vienne, Styriarte, Munich, Amsterdam et au Japon.

Werner Güra est également bien connu pour ses qualités de chanteur de Lied dans les centres de musique les plus prestigieux et se produit régulièrement au Wigmore Hall Londres, au Concertgebouw Amsterdam, à la Philharmonie de Cologne, au Lucerne Festival, au Lincoln Center New York et aux Schubertiades à Schwarzenberg et Barcelona.

Werner Güra a réalisé de nombreux enregistrements salués par la critique, pour Decca, Harmonia Mundi, Sony/BMG, notamment avec Daniel Barenboim, René Jacobs et Nikolaus Harnoncourt. Il est très apprécié dans le répertoire du lied. Son premier enregistrement solo chez Harmonia Mundi, La belle meunière de Schubert, a été suivi des Dichterliebe et Liederkreis de Schumann, des Mörike Lieder de Wolf, tous avec le pianiste Jan Schultsz. Récemment, toujours chez Harmonia Mundi et aux côtes du pianiste Christoph Berner, Werner Güra a enregistré Schöne Wiege meiner Leiden, Lieder de Schumann et Brahms, Le chant du cygne et Le voyage d’hiver de Schubert. Ces enregistrements ont été récompensés de nombreux prix.

Werner Güra enseigne depuis 2009 à l’Académie de Musique de Zurich.

 

Thomas Hobbs

Thomas Hobbs est l’un des ténors baroques marquants de sa génération. Se produisant régulièrement en Europe, au Canada et en Amérique du Nord, comme soliste dans des œuvres clés des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles, Hobbs travaille régulièrement avec, entre autres, Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale Gent, la Nederlandse Bachvereniging, Le Banquet Céleste et Gli Angeli Genève.
Parmi les temps forts de sa saison 2022-23 de nombreux projets avec Gli Angeli GenèveLe Banquet Céleste, Alia Mens, la Nederlandse BachverenigingBach Collegium Japan, Montreal Bach Festival, Israel Camerata et Les Arts Florissants, ainsi qu’une tournée européenne de Messies de Haendel avec le RIAS Kammerchor.
Ses récents rôles à l’opéra incluent le rôle-titre d’Albert Herring de Britten, Telemaque du Retour d’Ulysse et Appolon et un berger dans l’Orfeo de Monteverdi et Ferrando dans Cosi fan tutte. Au concert, on l’a entendu récemment avec le Dunedin Consort, Concerto Copenhagen, Wroclaw Baroque Orchestra, Tafelmusik Toronto, ou l’Akademie für alte Musik Berlin

Valerio Contaldo

Valerio Contaldo a étudié le chant auprès de Gary Magby à Lausanne. Il est finaliste du concours Bach de Leipzig en 2008 et sa carrière de soliste ne cesse de se développer depuis lors. Il chante au Festival des Flandres, au Rheingau Festival, aux Folles Journées de Nantes, Bilbao et Tokyo, au Vancouver Festival, à l’Opéra de Lausanne, à la Fenice de Venise, ainsi qu’aux opéras de Girona, Dijon, Besançon, Nîmes, Toulouse ou Edimbourg.
Il chante au concert et au disque sous la direction de chefs comme Corboz, Zacharias, Koopman, Järvi, Garrido, Garcia Alarcón, Alessandrini ou Pierlot. Il est dans le monde l’un des interprètes phares du rôle-titre de L’Orfeo de Monteverdi, qu’il a chanté à Barcelone, Adelaide, Shanghai et Pékin, ainsi qu’à Bruxelles, Rotterdam, au Festival de Saint-Denis, et en tournée en Amérique du Sud