Véronique Bouilloux

Véronique Bouilloux est passionnée par la musique de tous styles et de toutes époques, que ce soit en violon renaissance, baroque ou moderne, ainsi que par la biologie et notamment tout ce qui touche à la posture du musicien.
Elle obtient un prix d’excellence en violon moderne au conservatoire de Romans-sur-Isère puis se dirige vers la musique ancienne à l’ENM de Villeurbanne en même temps qu’elle suit une licence de musicologie à l’université Lyon 2. Elle rejoint ensuite le CNSMD de Lyon en violon baroque dans la classe d’Odile Edouard où elle obtiendra son master  mention Très bien en 2017.
Avant d’intégrer le CNSMD, elle obtient une licence SVT à l’université Lyon 1 et mène des recherches sur la posture et le relationnel corps-instrument à travers sa pratique du violon et du chant,  et à l’aide de différentes techniques (Feldenkraïs, Alexander, AFCMD…). Elle écrit à ce propos un mémoire de recherche au CNSMD de Lyon intitulé « Les apports d’un retour aux postures historiques dans la pratique du violon ».
Elle donne également des cours de violon en région lyonnaise et s’investit dans de nombreux projets pédagogiques avec les ensembles dans lesquels elle joue.
Elle aime particulièrement le travail autour de l’ornementation et l’intègre dans ses différents projets artistiques.
Elle est violoniste au sein d’ensembles comme Les Turqueries, les Voies Fleuries,  Nulla Dies Sine Musica, Sacqueboutae, l’Académie du Concert de Lyon (dir. F. Mourguiart), Spiridionis (trio de musique ancienne), Spirito (dir. N. Corti), le Concert de l’Hostel Dieu (dir. F-E Comte) et joue régulièrement avec Les Sonadori.  Elle a également joué avec Le Concert Spirituel (dir. H. Niquet) à plusieurs reprises

Chloé Jullian

Après avoir obtenu son master en pédagogie à la HEM de Genève (Patrick Genet violon, Gabor Takacs quatuor, Florence Malgoire violon baroque), Chloé Jullian se passionne pour la pratique sur instruments d’époque. 

Elle rencontre de nombreux musiciens et musicologues lors de la formation à Saintes (Jeune orchestre de L’abbaye, Master Recherche et pratique sur instruments d’époque)  – Clive Brown, Kai Köpp, William Christie, Amandine Beyer, Hervé Niquet, Marten Root, Lorenzo Coppola, Philippe Herreweghe… puis à Londres lors de l’académie avec l’orchestre Romantique et Révolutionnaire de Sir John Eliot Gardiner. – Peter Hanson, Robin Michael…

Elle vit et travaille à Paris entre sa passion pour l’orchestre (Membre de l’orchestre Les Siècles, joue régulièrement avec Le Concert de la Loge, Le Cercle de L’harmonie, Les Ambassadeurs, Le Concert Spirituel, Les Frivolités Parisiennes, l’orchestre Romantique et Révolutionnaire Gardiner), la musique de chambre sur instruments d’époque (quatuor, quintette avec contrebasse, Trio de Brahms avec cor et piano, sonate avec piano forte…) et l’enseignement (conservatoire du 10e arrondissement de Paris). 

Lucien Pagnon

Explorateur passionné de traditions musicales multiples, Lucien Pagnon a suivi notamment l’enseignement de Marie Charvet et Christophe Poiget en violon moderne, puis de Patrick Bismuth en violon historique, avant d’être diplômé du CNSMD de Lyon en musique ancienne (classe d’Odile Edouard) et de l’Université Lyon 2 en musicologie, au terme d’un parcours diversifié qui l’aura conduit à pratiquer également l’improvisation, le jazz et les musiques traditionnelles dans le sillage de Gilles Apap.
Musicien indépendant, il se produit tout au long de l’année au sein des meilleures phalanges baroques européennes ainsi qu’en musique de chambre, sur les plus importantes scènes classique internationales. Il est notamment membre du Concert de la Loge (J. Chauvin) depuis sa fondation, a été plusieurs années chef d’attaque et soliste d’Orfeo 55 (N. Stutzmann), mais aussi soliste invité d’ensembles français, suisses et italiens tels que Concerto Soave (J.M. Aymes), Les Passions-Orchestre Baroque de Montauban (J.M. Andrieu), Albori Musicali (J. van Hoecke), Cecilia Antica (E. Casularo) avec lesquels il a donné des concertos de Vivaldi, Tartini, Bach, Saint-George…  Lucien Pagnon poursuit depuis 2012 des recherches sur l’école française de violon des années 1750-1830 et anime également des ateliers et master-classes sur l’interprétation historique, en France et à l’étranger (École Normale de Musique de Paris – Alfred Cortot, Orchestre Français des Jeunes, Université de Santiago du Chili, Conservatoire d’État de Recife au Brésil…).

Jonathan Nubel

Jonathan Nubel étudie le violon dès l’âge de 6 ans et découvre le violon baroque durant son adolescence. Il en aborde le répertoire et les techniques de jeu d’abord en autodidacte puis auprès d’Alice Piérot et Stéphanie Pfister au Conservatoire de Strasbourg, où il obtient un diplôme de spécialisation en musique ancienne. Depuis lors il se produit dans un répertoire allant de la Renaissance à la musique contemporaine, en soliste et au sein de formations spécialisées en Suisse et en Europe sous la direction notamment de Ton Koopman, Christophe Coin, Martin Gester, Jérôme Corréas. Il est par ailleurs docteur en musicologie et chercheur associé à l’Université de Strasbourg.

Stéphanie Erös

Ayant d’abord étudié le violon moderne, Stéphanie Erös découvre le violon baroque en 1995. Elle entre au Centre de musique ancienne de Genève pour y travailler avec Odile Edouard, puis Florence Malgoire, et obtient le Diplôme professionnel de musique ancienne. Elle se perfectionne ensuite auprès de Chiara Banchini à la Schola Cantorum de Bâle et bénéficiera des conseils d’Enrico Gatti et de Simon Standage. Aujourd’hui, elle partage ses activités de violoniste entre l’enseignement, la musique de chambre et sa participation à divers ensembles tels que Les Passions de l’Ame, Cantatio, Les Traversées baroques, A Corte Musical et la Stuttgart Bach Akademie (Hans-Christoph Rademann). Ayant participé à nombreux festivals en Europe et aux Etats-Unis, elle a également effectué plusieurs enregistrements sous la direction de Roberto Gini, Gabriel Garrido, Alan Curtis, Rogério Gonçalves, Etienne Meyer ou encore Meret Lüthi.

Minori Deguchi

Née au Japon en 1992, Minori Deguchi obtient son diplôme en violon moderne en 2015 à l’université Toho Gakuen. Elle y étudie aussi le violon baroque auprès de Kaori Toda et Ryo Terakado. Elle continue à étudier le violon baroque à l’Université Nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo avec Natsumi Wakamatsu de 2016 à 2017. Elle entre en 2017 au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon dans la classe de violon baroque de Odile Edouard.

Minori se produit lors de nombreux concerts au Japon et en France notamment avec l’Orchestra Libera Classica, Classical Players Tokyo, Le Concert de l’Hostel Dieu. Elle est aussi une membre de l’ensemble Petits Violons et du Quatuor Micélium.

Angelina Holzhofer

Angelina Holzhofer, violon Angelina Holzhofer est Autrichienne. Son attrait pour une autre forme d’expressivité avec son instrument l’amène, à la fin de ses études en violon moderne à Vienne, à se tourner vers la musique ancienne. C’est avec Odile Edouard au CNSMD de Lyon qu’elle va choisir de se perfectionner en violon baroque jusqu’à l’obtention de son Master mention TB en juin 2017. Ses années d’études lui permettent de creuser le répertoire qui a vu naître le violon, la musique Renaissance. La transmission de sa passion se réalise par l’enseignement et les concerts. Elle se produit avec divers ensembles lyonnais, avec le consort Les Voies Fleuries, Les Sonadori et Gli Angeli Genève.

Rachel Cartry

Formée en violon moderne auprès d’Anne Mercier et d’Alexander Vinitsky, Rachel Cartry se spécialise dans l’interprétation sur instruments anciens (violon et alto) auprès de Mira Glodeanu et d’Odile Edouard. Titulaire du certificat d’aptitude, d’un master de musicologie de l’Université de Dijon et d’un master de violon baroque du CNSMD de Lyon, elle partage son temps entre l’enseignement du violon au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Gap et sa vie artistique au sein de divers ensembles, parmi lesquels Gli Angeli Genève, Les Surprises, la Compagnie La Tempête. Sa curiosité et son goût pour la redécouverte de la musique du XVIIe et du XVIIIe siècle, l’amènent à partager ces répertoires lors de récitals avec Adeline Cartier (clavecin et orgue) et à s’impliquer régulièrement dans de petites formations telles que l’ensemble Galatea et les Faveurs.

 

Nadia Rigolet

Après des études de musique au Portugal, Nadia Rigolet revient en Suisse, son pays d’origine et obtient un diplôme d’enseignement du violon et un diplôme de concert à Lausanne (HEMU). Elle y obtient égale- ment un diplôme de concert d’alto. Ses activités et son répertoire sont très éclectiques, allant de l’enseignement à l’orchestre symphonique, tout en passant par des formations baroque, jazz, salsa, voire même le théâtre. Elle s’est ainsi produite de nombreuses fois lors des Festivals de Jazz de Montreux, de Cully, à Lagos ou au Paléo. Elle est membre du Jeunesses Musicales World Orchestra (alto solo) et est aussi remplaçante à l’Orchestre de la Suisse Romande et à l’Orchestre de Chambre de Genève. En 2013, elle termine une spécialisation en violon baroque au Conservatoire de Strasbourg, dans la classe de Stéphanie Pfister.

Murielle Pfister

Très vite passionnée par son apprentissage du violon, Murielle intègre le Conservatoire de Strasbourg et obtient son diplôme d’étude musicale auprès d’Aléxis Galpérine. Elle poursuit sa formation en Allemagne, à la Hochschule für Musik Saar auprès de David Grimal et y obtient son Bachelor. Parallèlement et toujours désireuse d’approfondir son style et ses connaissances, Murielle commence un Master Performance à la Schola Cantorum Basiliensis avec Leila Schayegh qu’elle obtient en juin 2016. Outre ses nombreux concerts en musique de chambre qui l’ont amenée à se produire dans divers festivals (Festival Thy, Festival de Besançon-Montfaucon, Festival de Saintes, Festival de Brunnenthal…) et divers pays, elle est aussi régulièrement invitée à se produire en soliste au travers de récitals toujours très appréciés. Par ailleurs, elle a pu jouer sous la direction de Christophe Coin, Philippe Herreweghe, Giuliano Carmignola, Leonardo Garcia Alarcon, Martin Gester, François-Xavier Roth…Elle joue actuellement avec les Talens Lyriques, Les Siècles, Le Cercle de l’Harmonie, Les Ambassadeurs, Les Nouveaux Caractères, Les Cris de Paris…

Claire Foltzer

Claire Foltzer, violon Claire Foltzer est titulaire d’un diplôme d’enseignement, d’un Master d’Interprétation et d’un Master de spécialisation sur violon baroque. Elle transmet sa passion pour le violon, l’alto à la Musikschule Konsevratorium Bern et à la Regionale Musikschule Liestal, ainsi que lors de nombreux concerts en Suisse et à l’étranger. Musicienne curieuse et passionnée, son répertoire va de la vielle à archet médiévale aux créations contemporaines, en passant par le répertoire pour alto

Coline Ormond

Coline Ormond est une violoniste baroque active qui se produit dans divers ensembles à travers l’Europe.

Après des études de violon moderne, elle a développé un goût particulier pour la musique ancienne grâce à de nombreuses rencontres avec des artistes spécialisés tels que Chiara Banchini, Sophie Gent, Odile Edouard… Elle s’est formée au violon baroque à Strasbourg avec Stéphanie Pfister et Martin Gester puis avec Amandine Beyer à la Schola Cantorum de Bâle où elle obtient deux Masters en 2015 et 2017.

Coline se produit au sein des plus importants ensembles baroques dont Pygmalion, La Cetra, Gli Angeli Genève, Le Parlement de Musique, et participe à de nombreux enregistrements. Au sein de ses ensembles de chambre, Coline remporte le concours Biber avec Concerto Ripiglino ainsi que le concours Biagio Marini de Neuburg avec Paper Kite. Avec El Gran Teatro del Mundo, elle a fait partie des programmes Eeemerging et IYAP (Anvers) et se produit régulièrement dans toute l’Europe dans le cadre de divers festivals. En 2016-2017, elle a fait partie de l’EUBO (European Baroque Orchestra).

Anne Millischer

Originaire du sud-ouest de la France, elle obtient tous ses diplômes professionnels au Conservatoire National de Région de Toulouse, puis à la Haute Ecole de Musique de Genève, en violon moderne et en violon baroque qu’elle étudie au Centre de Musique de Genève dans la classe de Florence Malgoire. Pendant plusieurs années elle intègre différentes formations professionnelles qui lui permettent de rencontrer des plus grands noms de la scène musicale internationale et bénéficier de leurs conseils. Aujourd’hui, parallèlement à ses activités pédagogiques auprès des plus jeunes, elle est invitée à jouer dans diverses formations sur instruments historiques : l’Ensemble Baroque du Léman, l’Ensemble Cantatio, l’Ensemble Elyma, Les Arts Florissants, Les Talens Lyriques, La Chambre Philharmonique, La Nouvelle Ménestrandie et La Capella Mediterranea.

Sonoko Asabuki

Sonoko Asabuki est née à Tokyo. Elle a étudié le violon moderne avec Nobuo Okada à l’Université Nationale des Beaux Arts et de la Musique de Toykyo où elle a obtenu sont master en 2006. Elle étudie ensuite le violon moderne avec Wolfram Christ à la Musikhochschule de Freiburg. Quant au violon baroque, elle l’étudie à la Schola Canturm de Basel auprès de Chiara Banchini, Leila Schayegh et Amandine Beyer. Elle se produit avec de nombreux ensemble tells que l’Ensemble 415, Capriccio Barockorcheter de Bâle, Il Profondo and orchesters by Trevor Pinnock, Gottfried von der Golz et Lucy van Dael.

Anaïs Chen

Anaïs Chen hat nach ihrem Studium der modernen Violine in Zürich, Detmold und Berlin sowie der Barockvioline in Berlin und an der Schola Cantorum in Basel zahlreiche internationale Preise für Barockvioline gewonnen. Ihre CD-Einspielungen wie zuletzt die Sonaten für Violine und obligates Cembalo von J.S. Bach erhalten enthusiastische Kritiken, ihre CD “Cercar la Voce” wurde für den deutschen Schallplattenpreis nominiert und ihre Aufnahme von “Sechs Violinsonaten von François Francoeur” hat einen Diapason d’Or gewonnen. Sie war Dozentin für Barockvioline und barocke Kammermusik an der Hochschule für Musik Karlsruhe und hat Masterclasses an der Scuola Civica di Milano sowie am Handel-house London erteilt.

Seit 2018 ist Anaïs Chen Konzertmeisterin bei Il Gusto Barocco Stuttgart. Sie hat als Konzertmeisterin und Solistin u.a. mit Ensembles wie La Nuova Musica London, Il Giardino Armonico, Akademie für Alte Musik Berlin, Freitagsakademie Bernzusammengearbeitet.

Als festes Mitglied von I Cavalieri del Cornetto viertieft sie sich in das Repertoire des 16. – 17.Jh. und die improvisierte Diminutionspraxis jener Zeit. Ausserdem widmet sie sich dem klassischen und romantischen Violinrepertoire v.a. im Duo mit Fortepiano.

www.anais-chen.ch

Yoko Kawakubo

Yoko Kawakubo, violon Après des études de violon moderne à l’école de musique Toho-Gakuen à Tokyo, et un master de violon baroque à l’Université Nationale des Beaux-Arts et de la Musique de la même ville, Yoko Kawakubo entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon. Lauréate d’un 4ème prix du Concours international de violon baroque Premio Bonporti en Italie, elle obtient également le 1er prix du Concours international de musique de chambre de Bruges avec son ensemble Les Timbres. Elle joue dans différents ensembles tels que l’Orchestra Libera Classica avec Hidemi Suzuki, le Bach Collegium Japan de Masaaki Suzuki, Le Concert Français de Pierre Hantai, Gli Incogniti d’Amandine Beyer ou le Concerto Soave de Jean-Marc Aymes.

Eva Saladin

Eva Saladin a tout d’abord suivi une licence et un master de violon moderne chez Kees Koelmans et de violon baroque chez Lucy van Dael au conservatoire d’Amsterdam.
Ensuite elle se rend à « La Schola Cantorum Basiliensis » pour étudier le violon baroque avec Leila Schayegh et David Plantier, où elle obtient son diplôme en 2013 avec les félicitations du jury.
Elle s’intéresse également de manière intense à l’improvisation historique et suit les cours du maître Rudolf Lutz.
Elle vit actuellement à Bâle en tant que musicienne indépendante. Son activité artistique comprend aussi bien des projets de musique de chambre et orchestres que des récitals solistes couvrant les répertoires du 16ème au 19ème siècle.
Outre son travail de directrice artistique de son groupe « Ensemble Odyssée » basé à Amsterdam, elle est aussi une des « premier violon » de l’orchestre « la Cetra Barockorchester Basel » (Andrea Marcon) et de l’ensemble « Gli Angeli Genève » (Stephan MacLeod). Elle joue régulièrement avec des ensembles tels que « Il Profondo » (différents répertoires ainsi que des productions de théâtre), Profeti della Quinta, Ensemble Daimonion, Orchester der St.Galler Bachstiftung, Les Passions de l’Ame, Capricornus Ensemble Stuttgart, Ensemble Quadrel.
Elle se produit dans des cycles de concerts et festivals comme Freunde Alter Musik Basel, Oude Muziek Festival Utrecht, Festival de Saintes, Barockfestspiele Bad Arolsen, Händelfestspiele Halle, Barockfestspiele Sanssouci, Thüringer Bachwochen, Festival de Verbier, York Early Music Festival, Internationaal Kamermuziekfestival Schiermonnikoog, La Follia Rougemont.
Elle enregistre des CDs pour Resonando, Glossa, Panclassics und BrilliantClassics.

Adrien Carré

Adrien Carré, violon Initié dès son plus jeune âge au violon, Adrien Carré s’oriente vers le répertoire ancien au conservatoire de Rennes puis au CNSMD de Lyon dans la classe d’Odile Edouard. Il joue régulièrement avec Les Arts Florissants et intègre Insula orchestra, orchestre classique sur instruments d’époques, lors de sa création en 2012 par Laurence Equilbey. Il joue également en plus petits effectifs en France et à l’étranger avec Gli Angeli genève, Il Nuovo Concerto, Les Surprises, Cantatio, etc. Persuadé que la musique repose avant tout sur l’échange et le partage, il s’investit de 2011 à 2013 dans l’enseignement du violon baroque au conservatoire de Toulon. Suite à son mémoire de Master sur la facture des cordes, la tension égale et le cordage historique, Adrien Carré reçoit en 2014 le soutien de la SPEDIDAM pour l’acquisition d’une copie du Stradivarius « Lady Blunt », réalisée par Arnaud Giral.

Leila Schayegh

Von der Karriere im klassischen Geigenfach hielt Leila Schayegh nur eines ab: die Alte Musik. Kaum hat sie 1999 ihr Studium mit Auszeichnung an der Musikakademie der Stadt Basel bei Raphaël Oleg absolviert, zieht es sie 2002 zu Chiara Banchini an die Schola Cantorum Basiliensis, die sie 2005 mit summa cum laude abschließt.

Seitdem hat sich Leila Schayegh an die Spitze der Alten Musikszene gespielt. Als Solistin und Kammermusikerin ist sie regelmässig auf den wichtigen Bühnen der Alten Musikszene zu hören, zuletzt in Utrecht, Bremen, Versailles, Warschau, Mailand, Potsdam, Innsbruck, Regensburg oder am MDR Musiksommer. Als Solistin und für Workshops ist sie auch gern gesehene Gastleaderin oder Solistin von modernen Orchestern.

Eine enge musikalische Zusammenarbeit verbindet Leila Schayegh mit dem Cembalisten, Organisten und Dirigenten Jörg Halubek. Die beiden bespielen die Bühnen als Duo und haben zusammen mehrfach ausgezeichnete Aufnahmen veröffentlicht, zumeist mit obligatem Repertoire für Violine und Tasteninstrumente. Ein weiterer langjähriger Partner ist der Dirigent und Cembalist Vaclav Luks. Nach der Aufnahme von Benda Violinsonaten (2011) sind zusammen mit dem Collegium 1704 ein Teil der Violinkonzerte von Myslivecek erschienen. Leila Schayegh war langjährige Konzertmeisterin des Ensembles Gli Angéli Genève unter Stephan MacLeod und hat als solche fast alle Kantaten von J.S. Bach aufgeführt. Heute erweitert sie ihr Repertoire in Richtung Klassik und Romantik. 2018 sind beim Label Glossa die Violinsonaten von Johannes Brahms erschienen, die von der Kritik einstimmig an die konsquenteste Aufnahme auf historischen Spuren bezeichnet wurde.

Zweimal in Folge wurden Schayeghs Aufnahmen mit dem Diapason de l’année ausgezeichnet (Caldara Triosonaten mit Amandine Beyer 2015, Bach obligate Sonaten mit Jörg Halubek 2016). Zu den weiteren Auszeichnungen zählen der Diapason d’Or, der Editor’s Choice von Grammophone sowie die Bestenliste des Deutschen Schallplattenpreises.

Ihre Kenntnisse und Erfahrung gibt Leila Schayegh seit 2010 als Professorin an der Schola Cantorum Basiliensis weiter, wo sie als Nachfolgerin von Chiara Banchini eine Klasse für Violine in alter Mensur leitet und ihre Erfahrung an eine jüngere Generation weitergibt: eine grosse Expressivität basierend auf einer umfassenden Kenntnis der historischen Quellenlage.